Clin d'Œil

rosae – rosae – Rosas

Mais non ce n’est pas en latin mais en français que je viens vous faire découvrir Rosas en Catalogne.

Le parc naturel des Aiguamolls de l´Empordà

Le parc naturel des Aiguamolls de l´Empordà est la seconde zone humide la plus importante de Catalogne, après le delta de l´Èbre.
Jadis ces marais s´étendaient sur toute la plaine de la baie de Roses et celle du Bajo Ter, et le massif du Montgrí, entre l´Escala et Torroella (la limite entre l’Alt Empordà et le Baix Empordà), se dressait comme une île sortie des eaux.
Mais dans les années soixante-dix, les marais se sont considérablement dégradés : les zones humides de l´Empordà disparaissaient peu à peu sous la pression d’une urbanisation excessive et de la construction d’installations touristiques en tout genre., le parlement de Catalogne les déclara site d´intérêt national, puis parc naturel un an et demi plus tard, le 13 juin 1987.  Au total il se déploie sur 4.866 hectares. Il est délimité au nord par le Muga et au sud, par le Fluvià.

Parc naturel des Aiguamolls de L'Empordà

Le parc abrite une flore et une faune variées. Soulignons ses tamariniers (arbustes capables de survivre sur des terrains saumâtres), le jonc marin, le carex et la salicorne.
Quant à la faune, elle compte une grande quantité de reptiles (tortue d’eau, seps strié, serpent d’eau), d’amphibies (grenouilles diverses, triton marbré), de poissons et de mammifères (lapins, belettes, blaireaux, daims). Les insectes et les espèces les plus emblématiques des zones humiques sont aussi omniprésents, tout comme les oiseaux qui y habitent toute l’année ou une saison seulement, sur leur chemin vers le sud à la fin de l’été ou vers le nord au printemps.

 

On pourra ainsi identifier facilement plusieurs espèces de canards, hérons cendrés, aigrettes et pique-bœuf, voir planer les busards, observer les cormorans se sécher le plumage et admirer l’élégance des oiseaux échassiers comme les grues, les flamands et les illustres cigognes, réintroduites dans le parc dans les années quatre-vingt. L’effort de récupération des derniers Aiguamolls de l’Empordà a aussi entraîné la réintroduction, réussie, d’autres espèces, comme la poule sultane et la loutre.

La route mégalithique de Roses

Tout au long de l’Alt Empordà, nous trouvons des vestiges mégalithiques, assez bien conservés, qui montrent l’existence des premiers colons sous la forme de « dolmens », de « menhirs » et de « casernes ». Plus précisément à Roses, il reste des vestiges sous la forme de bâtiments funéraires situés très près du centre ville. Nous avons pris un itinéraire d’environ 2 heures et demie qui nous a permis de visiter différents espaces funéraires préhistoriques et expressions culturelles du néolithique.
Le parcours commence sur la route allant de Roses à Cala Montjoi, par un chemin qui mène directement à l’un des plus importants dolmens de Catalogne en raison de sa taille et du fait qu’il a été déclaré monument historique et artistique en 1964, « La Creu d’en Corbetella »; une construction mortuaire typique du néolithique. Au cours de la visite, nous pouvons également observer à plusieurs endroits des casernes en pierre qui ont servi de refuge aux bergers.
En continuant sur la route balisée, nous avons trouvé deux des plus importants menhirs de la région: la « Casa Cremada I » et la « Casa Cremada II »; puis deux dolmens en très bon état: le « llit de la Generala » et le « Cap de l’Home », pour finir dans la caverne-dolmen de la « Rec de la Cuana ». 2500 av.

Une balade irlandaise ... en Catalogne

Et oui, Jean-Claude, le même temps, des paysages magnifique et en prime un pique nique … dans une grotte. 

Elles sont de Françoise et Annie, moi je n’ai même pas osé sortir mon appareil photo avec un temps pareil. Merci à elles

5 réflexions sur “rosae – rosae – Rosas”

  1. Didier VOITURON

    Bel article, belles photos même si elles ne sont pas de toi Michel.
    Cette randonnée restera malgré la pluie un très beau souvenir.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.